Buscador Avanzado

Autor

Tema

Libro de la biblia

* Cita biblica

Idioma

Fecha de Creación (Inicio - Fin)

-

DECEPTION ET ESPOIR

Written by
Rate this item
(0 votes)

Je me réfère à l’Exhortation post synodale du Pape François sur la Famille : Amoris loetitia ( la joie de l’amour).

J’admire l’esprit et l’art dont le pape fait preuve  dans ce document : avec beaucoup de finesse il est passé du secteur épiscopal le plus audacieux au plus conservateur ; il a franchi furtivement les limites étroites que le document final du Synode lui avait fixées ; il a dribblé habilement les arrières et les avants -centre sans perdre le ballon ; il a visé l’horizon,  loin, sans sortir du terrain fixé .Il dit « non , mais oui ». Ceci explique que le texte soit si long et si prolixe, beaucoup moins chaleureux et spontané  que d'habitude. Il a fait ce qu’il a pu et c’est déjà beaucoup.

Mais il m’a déçu. Et il m’a fait perdre le repas que j’avais parié, il y a un an ,avec Itziar ma femme ; j’avais fait le pari que , après le Synode, le pape ouvrirait la porte pour que les divorcés remariés puissent communier à la messe, même après  l’humiliante  «démarche de pénitence » prévue. Bon , le pape n’a pas ouvert cette porte, quoi que beaucoup prétendent que oui ; Il laisse la décision entre les mains de  l’évêque, après un cheminement de discernement et de conversion ; Il ouvre la porte pour que l’évêque puisse l’ouvrir, mais il n’est pas certain que celui-ci le fasse ; C’est comme s’il disait « oui, mais non ». J’ai donc perdu mon pari . Et le pape François a perdu une occasion importante de faire un pas en avant beaucoup plus grand, nécessaire. C’est bien dommage.

Ce qui est mauvais ce n’est pas de perdre un pari avec son conjoint , car les paris entre mari et femme sont bénéfice pour les deux . Et si quelqu’un voulait vraiment que je gagne c’était bien elle, ma femme. Mais dans ce cas nous avons perdu tous les deux, non l’espoir, mais oui les paris attendus . Après tant de semaines de Synode à Rome , tant d’évêques venus du monde entier, après tant de paroles,  tant de temps et  tant de frais, nous continuons toujours à rester  là où nous sommes . Et il y a tant de choses à changer, et il est si tard…Il ne reste que l’espérance, qui consiste  à poursuivre son chemin jour après jour. A cela oui, le Pape nous encourage ; merci ! Mais deux années de synode épiscopal étaient-ils nécessaires pour cela, pour tout laisser entre les mains d’évêques que nous n’avons pas élus, d’un épiscopat qui dépend plus des papes antérieurs que de celui-ci et du pape suivant dont nous ne savons pas comment il sera ?

 C’est ici que se posent pour moi les questions décisives. Aucun pas ne sera déterminant, aucun changement ne sera irréversible tant que ne changera pas, à la racine, le système de nomination des évêques et , plus fondamentalement, le modèle clérical et pré - démocratique de l’Eglise, avec à sa tête un Pape plénipotentiaire, élu par des cardinaux élus par le pape, lui-même élu par les cardinaux. Voyez la sociologie du  clergé : du jeune clergé d’aujourd’hui sortiront les évêques de demain, et les cardinaux et le pape. Si je ne croyais pas en l’Esprit de la vie, j'en perdrais le souffle. Ce n’est pas la famille qui  est en crise, cher François, elle a simplement changé et continue à changer comme tout ce qui vit, même si parfois les changements peuvent nous sembler  trop rapides. C’est l’Institution Eglise qui est en crise, en grande partie parce qu’elle ne change pas ou change trop lentement et elle perd le rythme des marcheurs de la vie

J’ai lu que cette exhortation « marquera un avant et un après dans la pastorale de la famille ».Bienheureux espoir ou bienheureux optimisme . Pourvu que cela soit ! de toutes façons nous  attendions beaucoup plus quand tout cela a commencé . Lorenzo Baldisseri, secrétaire générale du Synode, a déclaré : "le magistère n'est pas fossilisé ; c'est la doctrine qui accompagne le peuple "  Nous constatons avec peine que la doctrine reste figée et loin du peuple. Le cardinal Kasper, faisant référence à la prochaine exhortation post synodale, a affirmé catégoriquement : "Le document marquera le début de la plus grande révolution dans l'Eglise de ces 1500 dernières années" Peut-être lui aussi a-t-il perdu son pari.

L'Exhortation en appelle à la miséricorde plus de  30 fois. Elle relativise la doctrine. Encore merci ,frère pape François! Mais le pouvoir et la décision restent toujours entre les mains des "pasteurs". Et la doctrine est toujours aussi rigoureuse et inadaptée qu'avant ; le mariage est indissoluble même si l'amour n'est plus. Quant aux homosexuels, qu'ils soient accueillis et respectés  dans leur dignité, mais il est bien clair qu'il n'y a aucune analogie, "même lointaine" entre le mariage homosexuel et hétérosexuel (le Vatican vient de rejeter  le diplomate homosexuel proposé par le gouvernement français). Une miséricorde qui ne change ni la doctrine  ni le Droit canon est-elle suffisante ? non elle ne suffit pas.

Malgré tout nous continuerons à cheminer, en cultivant chaque jour l'espérance et la joie de l'amour; Nous irons dîner et nous en profiterons. Nous partagerons le pain et nous communierons avec la Vie  et avec Jésus le Vivant

Amies, Amis, que nous soyons en situation "régulière" ou "irrégulière" célébrons en paix la joie de l'amour. Communions en paix avec la bénédiction de Jésus et certainement aussi celle du pape François.

 

José Arregi

Read 1869 times
Login to post comments