Buscador Avanzado

Autor

Tema

Libro de la biblia

* Cita biblica

Idioma

Fecha de Creación (Inicio - Fin)

-

RESSUSCITER

Written by
Rate this item
(1 Vote)

Je ne fréquente pas les salles de cinéma, et c’est seulement par la presse et quelque bande annonce que j’ai eu connaissance du film « Resucitado », (récemment paru en France sous le titre « La Résurrection du Christ »). Le directeur- qui n’a pas un petit mérite pour avoir seulement osé-  revient à  l’histoire de Jésus de Nazareth narrée par les Evangiles  en se centrant sur la question la plus épineuse : Qu’advint-il de Jésus après sa terrible mort sur la croix ?

Son corps a disparu et dans Jérusalem des rumeurs circulent comme quoi il est revenu à la vie. S’il en était ainsi, il serait le Messie. Pilate, le Procureur romain qui l’avait condamné à la terrible peine de la croix, commence à  avoir peur et charge le centurion Clavius de chercher le corps de quelque façon que ce soit, pour faire taire les rumeurs et éviter  un possible soulèvement  « chrétien » ou « messianique » (qui signifient la même chose) de la part des disciples du prophète nazaréen. Mais le corps  n’apparaît pas, et Clavius lui-même commence à douter : serait-il le Messie ?

Il semble que le film réussit à construire une histoire qui captive et  soutient l’intérêt du spectateur. Je ne crois pas cependant,  qu’il réussisse à traiter l’évènement de fond, la résurrection, comme l’attend notre époque. Malgré cela, le film, comme le dit « Religion digital », a eu  l’assentiment du Vatican et du pape François en personne, et aussi celui de l’archevêque de Madrid, monseigneur Carlos Osero, qui  a même posé avec les acteurs.

En tant que le chrétien que je veux être  cherchant à dire ma foi de manière crédible, je suis peiné, non par le film -qui sera bon si l’histoire, l’ambiance et les acteurs  sont bons, et il paraît qu’ils le sont-, mais de constater à nouveau que l’institution ecclésiale reste ancrée dans des paramètres du passé. Dans des paramètres qui sont devenus totalement étrangers à la majorité de  notre société  pour ceux qui ont moins de  65 ans. Veulent-ils parler de Dieu, de Jésus, de la Pâque, seulement à des retraités et encore seulement à une petite partie d’entre eux ? Croient-ils réellement que l’Evangile peut  être encore levain et souffle pour notre société moderne de la connaissance ? Ou ont-ils complètement renoncé ? Ou pensent-ils  qu’ils peuvent continuer à nous parler aujourd’hui avec le langage d’autrefois ? Personne ne les comprend.

L’institution ecclésiale et la théologie officielle -et même ce film- continuent d’enfermer l’annonce pascale, le message de la résurrection, la bonne nouvelle de la Vie dans des images, des concepts, des visions cosmiques  du passé : la résurrection comme un acte physique survenu au 3ième jour, la disparition miraculeuse du corps, l’apparition également miraculeuse et sélective de Jésus ressuscité seulement à quelques-uns… C’est comme continuer à dire que ce monde merveilleux fut créé en 6 jours, que l’être humain apparut sur notre planète  par intervention divine « spéciale » ou que le soleil tourne autour de la lune.

Il est vrai que la Bible et les évangiles le racontent ainsi, mais continuer à lire la Bible et les évangiles de cette manière, à la lettre, et persister à  penser que la foi pascale suppose la croyance littérale en tout cet appareil imaginaire et conceptuel équivaut à être profondément infidèles au message de la Bible et de l’Evangile.

La résurrection ne survient pas dans nos paramètres de temps et de lieu. Elle n’est pas temporelle ni intemporelle, mais trans-temporelle. Elle n’est pas spatiale ni a-spatiale, mais trans-spaciale. Elle n’est pas historique, ni anhistorique, mais trans-historique. Nous ne pouvons l’imaginer, parce que nos neurones peuvent seulement imaginer 3 dimensions. Mais la Résurrection ou Dieu ou L’Esprit Vital ne peuvent se laisser enfermer dans nos  3 dimensions ni  dans toutes celles que nous pourrions connaître ou manipuler.

Ainsi donc, Jésus ne ressuscita pas « au 3ième jour » à Jérusalem, mais chaque jour de sa vie, quand il respirait l’Esprit de la Vie plein de confiance, quand il était le prochain  bon et heureux, incitait les pauvres à se libérer de leur misère, s’affrontait au pouvoir politique et religieux, annonçait et réalisait un monde libre et fraternel, racontait des paraboles consolatrices et provocatrices, guérissait les malades et leur disait : « Lève-toi », partageait la table avec les exclus de la société et de la religion… Jésus ressuscita dans sa vie, quand il vivait et faisait vivre. Pour cela il ressuscita aussi sur la croix, quand il rendit totalement son souffle vital.

De même pour nous. Nous ne ressusciterons pas « à la fin du monde », ni dans « la vallée de Josaphat » ou dans « l’autre monde ». Comme Jésus, nous ressuscitons à chaque instant de bonté créative -aussi fragile et fragmentaire soit-elle- de notre vie quotidienne. Nous ressuscitons  à la Vie quand nous accueillons les réfugiés -le Vivant se fait présent en eux-, et si nous ne les accueillons pas nous  mourons. Nous ressuscitons à la Vie quand nous ressuscitons ceux qui meurent : ceci est entre nos mains. Cela dépend de nous, par exemple, de ressusciter ces enfants -2 chaque jour- qui se noient dans l’Egée ou la Méditerranée, et il y a plus de 340 garçons et filles noyés dans les 6 derniers mois en Méditerranée, convertie en « la  plus grande fosse commune du monde » (Nuria Diaz, porte -parole de la Commission Espagnole de l’Aide au réfugié). Comment les ressusciterons-nous ? En recevant en nous, en respirant profondément leur doux et puissant souffle vital, et en le faisant revivre dans tous les enfants menacés de mort. Ressuscite-les et tu seras en train de ressusciter.

Si tes entrailles compatissent, si tes mains s’ouvrent, si malgré ton  découragement tu te lèves, si tu  refais  confiance à autrui, si ton regard s’élargit, alors tu ressusciteras comme Jésus, comme toute vie bonne, comme la semence et la feuille au printemps.

Ecoute au plus profond de toi les paroles du ressuscité à Marie de Magdala : « Pourquoi pleures-tu, Marie ?  Pourquoi cherches-tu le corps ? Pourquoi t’accroches-tu au passé ? Ne t’attache pas à la forme perdue. Découvre la vie, la présence nouvelle. Vis ». Ecoute ce que dit le mystérieux pèlerin pascal au couple d’Emmaüs : « Pourquoi revenez-vous en arrière et cheminez-vous tête baissée ? » Pourquoi croyez-vous au pouvoir de Pilate, aux mensonges européens, à la dictature financière plus qu’au pouvoir de l’Esprit ? Pourquoi   croyez-vous en la mort plus qu’en la vie ? Ouvrez votre esprit, votre cœur, vos mains. Croyez à la vie nouvelle. Construisez un futur nouveau. Ressuscitez chaque jour   à « l’au-delà divin » qui est le cœur de « l’ici-bas ».

 

José Arregi

Traduit de l’Espagnol par Rose-Marie Barandiaran

Read 2114 times
Login to post comments