Buscador Avanzado

Autor

Tema

Libro de la biblia

* Cita biblica

Idioma

Fecha de Creación (Inicio - Fin)

-

APPRENDRE À AIMER

Written by
Rate this item
(1 Vote)

Mc 10, 2-16

La société juive admettait la soi-disant “repudiation”, pour lequel le mari pouvait abandonner la femme, pour des "raisons" qui, selon des différentes écoles de rabbins, étaient plus ou moins exigeantes ou ridicules.

Les studieux n’osent pas assurer que le passage évangélique nous lisons aujourd'hui ait eu lieu réellement à l'époque de Jésus; il semble avoir des indices qu’il s’agirait d’un débat ultérieur, suscité dans la communauté d’après la pâque, qu’on a essayé de fermer en mettant en bouche du Maître la réponse. À l'appui de cette hypothèse on a souvent apporté la variante que l’évangile de Matthieu apporte, où une exception est reconnue, en vertu de laquelle le divorce serait permis: "Si quelqu'un répudie sa femme, sauf en cas de fornication [adultère] - et en épouse une autre commet l'adultère” (Mt 19,9).

Soit ou non parole de Jésus, le texte est situé au niveau des “principes” ou, si l'on préfère, dans l’ "horizon" vers lequel aspire tout couple qui sent un mouvement intérieur à partager sa vie. Mais cela ne signifie pas prendre cela dans un sens “normatif”.

Il est évident que, dans le domaine des relations aussi, comme dans tout autre, la plupart dépend des conditionnements que chaque personne entraîne, des conditions objectives, des difficultés inhérentes à toute relation et même du niveau de conscience où chacun se trouve.

Au sein de tout cet ensemble de facteurs -dont beaucoup, parfois les plus décisifs, sont inconscients-, ce que chaque personne aura vécu de croissance en capacité d’amour gratuit –ou pourra en vivre– occupera une place remarquable.

Parce que toute relation -et d'une manière toute particulière, le plus intime- constitue un "domaine" spécial pour s’exercer dans la capacité d'aimer, ayant pied ferme en elle, pour croître en désegocentration et dévouement; pour éprouver la joie d'un amour qui veut être chaque jour plus gratuit et serviable.

Finalement, le chemin de la sagesse est le même que celui de l'amour. Tous deux conduisent à une forme de vie désegocentrée. La sagesse nous amène à comprendre que nous sommes tous un, partageant la même identité; l'amour nous le fait vivre. Celle-là nous fait voir que le je est pure fiction; celui-là nous permet d’avoir pied sur notre vérité profonde.

 

Enrique Martínez Lozano

www.enriquemartinezlozano.com

Traducción: María Ortega

Read 2673 times
Login to post comments