Buscador Avanzado

Autor

Tema

Libro de la biblia

* Cita biblica

Idioma

Fecha de Creación (Inicio - Fin)

-

DESCENDRE DU CIEL

Written by
Rate this item
(1 Vote)

Jn 6, 41-51

Dans le quatrième évangile, le conflit des “Juifs” (pharisiens) avec Jésus se concentre précisément en ce qui constitue le message fondamental que l'évangéliste prétend offrir. D’après lui, Jésus est le "messager céleste" envoyé par le Père comme révélateur de la vérité.

Les “juifs” -toujours selon cet évangile– s’opposent à cette prétention: personne dont les parents sont connus n’a pas pu "descendre du ciel". Face à cela, celui qui fait le récit argumente quelque chose qui, pour les premières communautés, devrait être une évidence: personne ne peut croire en Jésus "si le Père ne l'attire." Et, cependant, celui qui croit, accède à "la vie éternelle", ne mourra jamais.

Le fait de présenter Jésus comme "émissaire céleste” -a moins que cette affirmation ne soit prise dans un sens symbolique ou métaphorique– part du présupposé erroné qui donne pour acquis la séparation du réel. Et cela explique aussi que cette croyance s’effondre progressivement.

Quel pourrait être le sens métaphorique de l’expression: “Je suis le pain vivant descendu du ciel”? C’est simple: le terme “ciel” évoque le Mystère ultime du réel, la conscience créatrive et aimante, le Vide originel dont les mystiques parlaient, la réalité non-manifestée; pour sa part, quand Jésus afffirme “Je Suis” il se réfère à son identité profonde, celle que nous partageons tous et, dans ce sens, ne diffère pas du propre "ciel". Eh bien, cette Réalité est la seule nourriture qui rassasie pleinement la faim et, en nous reconnaîssant un avec elle, nous découvrons être plenitude de vie, qui ne peut mourir.

Posé ainsi, tout dualisme disparaît -qui amenait à concevoir le réel dans deux plans séparés, où la croyance s’appuyait en un dieu lointain qui devait "descendre du ciel"- et, donc, tout vestige de l'hétéronomie. Tout est un, et voilà la vraie nourriture.

 

Enrique Martínez Lozano

www.enriquemartinezlozano.com

Traducción: María Ortega

Read 2151 times
Login to post comments