Buscador Avanzado

Autor

Tema

Libro de la biblia

* Cita biblica

Idioma

Fecha de Creación (Inicio - Fin)

-

DIEU EST NOUS

Written by
Rate this item
(1 Vote)

Jn 6, 51-58

Selon les spécialistes de la quatrième évangile (pour les données qui suivent, je m'appuie sur Senén VIDAL, Evangile et lettres de Jean. Origine des textes johanniques, Mensajero, Bilbao 2013, pp.210ss), le chapitre 6 du même constitue un conglomérat de diverses raisons - avec des ajouts ultérieurs, oeuvre d'un autre glosateur autour du thème de l'authentique "pan" (nourriture), symbolisant le message de Jésus, qui dans la communauté de Jean est reconnu comme "l'émissaire divin."

Plus précisément, les phrases lues aujourd'hui semblent appartenir à un rédacteur tardif, qui serait celui qui a modifié le sens originel du mot «pain» (nourriture). Dans les versets 26-51b, il se réfère à l'enseignement de Jésus, qu'il faut accueillir moyennant la foi. Cependant, dans les versets 51c-58 il se réfère à la «chair» et au «sang» de Jésus, qu'il faut «manger» (le terme grec est aussi différent maintenant, "mâcher") et "boire".

En outre, ce texte répété les motifs et la terminologie du discours précédent. Tout suggère, donc, qu'il s'agit d'un ajout placé par un glossateur postérieur comme un complément à ce qui a été dit avant. La raison aurait été l'intérêt du glossateur d'introduire la tradition eucharistique, qui en regrettait l'absence dans l'évangile de la communauté johannique. Et il semble que le cadre le plus approprié pour cet ajout le lui offrait justement le discours sur le «pain».

Cet ajout reflète une claire tendance de sacramentaliste, semblable à celle des écrits chrétiens du deuxième siècle (par exemple, les lettres d'Ignace d'Antioche et les écrits de Justin): ont souligne, au-dessus de la dimension de célébration, les éléments eucharistiques du pain (chair ) et du vin (sang) comme «médicament» de vie et d'immortalité (Ignace d'Antioche, Lettre aux Éphésiens 20,2). Probablement le glossateur pensait que le discours précisait une concrétion sacramentelle.

Cela nous sert bien pour souligner deux choses:

• Nous savons que le «langage» utilisé dans le quatrième Évangile n'est pas celui qu'un Juif de Galilée parlerait. Mais non pas seulement ça: beaucoup parmi ces affirmations mises sur ses lèvres, Jésus ne les a jamais prononcées. Cela ne signifie pas que les rédacteurs cherchaient à tromper, puisque leurs habitudes scripturaires étaient différentes des nôtres, mais il est bon de le rappeler pour relativiser trop de choses qui, étant donné un littéralisme ignorant, ont été absolutisées, devenant même source de fanatismes.

• Les disciples de Jésus et, concrètement, les rédacteurs des Evangiles - dans celui de Jean il est possible de reconnaître plusieurs mains, de différentes époques - se sont senti libres de «traduire» le message d'origine en fonction de la situation qui vivaient leurs communautés.

L'invitation, une fois de plus, il semble être celle de transcender n'importe quel type de littéralisme, nous ouvrant à une lecture «profonde», dans la mesure où notre niveau de conscience nous le permet.

Dans ce texte-ci, les expressions "manger la chair" et "boire le sang» est équivalent à celle de «Demeurer en moi et moi en lui." Et probablement, le contenu de tout le discours élaboré par plusieurs rédacteurs pourrait se résumer en ces termes: « le Père qui est vivant m'a envoyé et je vis par le Père; tout comme celui qui me mange vivra par moi. "

Nous nous situons à nouveau, à l'horizon de l'Unité la plus exquise et sublime. En chacun de nous, - au-delà des images que nous utilisons, y compris le symbolisme de l'Eucharistie - la même et unique Vie est vécue.

Dans la mesure où nous grandissons en conscience -compréhension- de cela, nous laisserons de nous identifier avec le je, et nous vivrons dans la lumière et dans l'amour qui s'en dérivent. Nous sommes Vie exprimée dans la forme concrète du «je» que nous avons; c'est Dieu se vivant en forme humaine. C'est pourquoi, bien que ce ne soit pas adéquat de dire "je suis Dieu" - pour la tendance d'appropriation de l'ego, et parce que le sujet d'une telle phrase ne serait jamais le je individuel -, l'expression peut sonner ajustée – exprimée par les mystiques -: «Dieu c'est moi ".

"Toi [l'être humain] tu es ce que tu n'es pas. Moi –Dieu- je suis qui je suis »; "mon moi c'est Dieu: je ne me connais pas d'autre identité que Dieu" (Sainte Catherine de Gênes). "Dans mon être essentiel, Moi, par nature, je suis Dieu" (Jan van Ruysbroeck). "Regardez-le! je suis Dieu. Regardez-le! Je suis en toutes choses. Regardez-le! Je fais toutes les choses » (Juliana de Norwich).

 

Enrique Martìnez Lozano

Traducteur: María Ortega

www.enriquemartinezlozano.com

Read 2212 times
Login to post comments