Buscador Avanzado

Autor

Tema

Libro de la biblia

* Cita biblica

Idioma

Fecha de Creación (Inicio - Fin)

-

DIEU EST JOIE

Written by
Rate this item
(1 Vote)

Luc 15: 1-10

Ces petites paraboles parlent de joie ... la joie de Dieu. L'image d'un Dieu si "serieux" – sévère, juge, punissant ... – qu'on a du mal à le reconnaître. Souvent, les mots et les visages de ceux qui parlent de Dieu ne laissent pas voir précisément de la joie. Le cardinal Bossuet est même arrivé à dire que Jésus n'avait jamais rit, parce qu'il était «parfait» .

Quelque chose de semblable a dû se passer pour les auditeurs de Jésus . Habitués à la rhétorique des prêtres du temple et des théologiens officiels, proclamant un Dieu qui discriminait catégoriquement entre «justes» et «pécheurs» , ils devaient trouver étrange que le maître de Nazareth puisse faire référence à un Dieu qui est Joie. Ou encore mieux, un Dieu pour qui la joie consiste dans la rencontre avec l'être humain.

Il ne me semble pas exageré de dire que les religions ne se sont pas bien entendues avec la joie ni avec l'humour. Elles aparaissent trop chargées de solennité que, dans la pratique , est traduite par sévérité. Les visages sérieux abondent ainsi que les mots tranchants, les jugements et les condamnations, tous eux propres à celui qui se trouve au estrade, c'est à dire au pouvoir. Car celui qui est en contradiction avec l'humour - et avec l'humilité, et l'humanité (tous ces termes qui proviennent de la même racine : humus ) -, ce n'est pas tant la religion, quant au pouvoir. Le Pouvoir sait que l'humour le mine , et c'est pourquoi il le diabolise, ou il le tolère à peine. La religion devient solennelle quand elle atteint le pouvoir et elle lutte pour le maintenir. D'où, le simple et normal geste d'un Pape qui sourit - comme c'est le cas de Francisco, ainsi que Jean XXIII -, devient de manière contagieuse captivant pour les croyants.

Dans le langage théiste , Jésus dit que Dieu éprouve de la joie " pour un seul pécheur converti. " Mais, comme l'esprit et la parole sont capables de "dénaturer" toute expression au point de pouvoir affirmer une chose et son contraire, facilement la religion a utilisé ces mêmes paroles, à l'origine libératrices, pour s'auto-justifier. Ainsi, elles ont été dépourvues de toute sa nouveauté et sa provocation .

Dieu cherche la « brebis perdue », affirme la religion. Mais elle a changé le sens du mot . Pour la religion, "perdu" est celui qui n'accomplit avec ses normes et critique ses croyances. Cela est condamnable. Pourtant, Dieu va la chercher. Et il se réjouit, non pas seulement quand il le fait revenir au bercail, c'est à-dire, à l'accomplissement de tout ce dont il s'était éloigné.

Si la nouveauté de Jésus a été la gratuité de Dieu et sa joie sans expectatives, la lecture religieuse de ces paraboles déforme le sens original, au point de changer la gratuité en «mérite». Encore une fois, on a projeté en Dieu l'attitude intéressée des humains: «Je vais te chercher et je me réjouis avec toi..., mais pour que tu fasses ce que je dis".

Le piège religieux ne peut pas être désactivé à partir de l'esprit. Parce que l'esprit, dans sa dualité, ne peut qu'étiqueter tout ce qu'il perçoit en «bon» et «mauvais». A partir de ce catalogage, il agira en conséquence.

La nouveauté et la sagesse du message de Jésus deviennet évidentes lorsque nous nous approchons de lui dès une perspective non duelle. Jésus ne voulait «convertir» personne, parce que il n'était pas intéressé au prosélytisme ni était préoccupé par le nombre ni le pouvoir. C'est pourquoi il pouvait parler si librement.

Il mangeait à l'aise avec des «pécheurs et des collecteurs d'impôts", les pharisiens et les docteurs en étaient scandalisés. Et il reconnaissait Dieu comme Joie sans limites, Gratuité sans retour, Amour sans exclusions.

Ainsi que notre pire fausse croyance est celle de nous penser séparés, réduits à notre je(moi), le piège le plus dangereux des religions est celui de présenter Dieu comme un être séparé, créé à l'image de notre esprit.

Dieu n'est pas un individu séparé qui récompense ou punit, qui regarde bien ou mal, qui fait discrimination entre les justes et les pécheurs ... Dieu est le nom que nous donnons au Mystère ultime du réel, qui constitue tout ce qui est et qui nous constitue nous-mêmes. Dieu est, par conséquent, notre Fond ultime, l'Essence même consciente et aimante de tout ce qui est, et de laquelle nous ne pouvons jamais être séparés. Un Dieu dont quelqu'un puisse être séparé, même si ce n'était que par un soupir, ne serait sans aucun doute qu'une idole projetée. Parce que tu ne peux pas te séparer de Ce que tu es. Et C'est Ce qui est, c'est Amour, Gratuité, Joie..., sans motif et sans dédommagements.


Enrique Martínez Lozano

www.enriquemartinezlozano.com

Traducción de María Ortega

Read 2156 times
Login to post comments