Buscador Avanzado

Autor

Tema

Libro de la biblia

* Cita biblica

Idioma

Fecha de Creación (Inicio - Fin)

-

CROIRE EN LA POLITIQUE

Written by
Rate this item
(0 votes)

Au cœur de l'ouragan politique de ces derniers jours, et au risque de répéter ce que tant d'autres disent de façon plus informée et de façon plus raffinée, je me sens obligé de joindre ma voix à propos de cette situation dont nous souffrons. Je ne veux pas perdre la foi dans la politique, dans l'art de gérer ce qui touche la vie de tous en société. Personne ne peut se permettre de se désintéresser de ce qui nous affecte tous.

Assurés comme nous le sommes du degré de corruption et d'avilissement de la politique – ou alors c'était toujours ainsi et maintenant nous le savons un peu mieux, peut-être bien que nous ne savons pratiquement rien ?- le degré d'avilissement et de corruption, j'insiste, est tel que l'incrédulité l'indifférence absolues seraient plus que compréhensibles. Mais nous ne pouvons en rester là. Nous nous débattons entre l'indignation et la répugnance face à l'étendue du désastre et face à la suspicion fondée, que tout est pire que ce qu'ils nous disent et que ce que nous savons à l'égal du désastre économique, lequel est bien pire que ce qu'ils nous disaient et que nous savions il y a 4 ans.

Le système politique que les hommes politiques, eux en premier lieu, et de même nous tous par action ou par omission, par notre simple vote ou par notre désintérêt général, avons monté ou toléré, semble avoir transformé la politique en une trame obscure faite d'enrichissement et d'ambition de pouvoir des individus et des partis. C'est dégradant. C'est intolérable.

Mais pardon. Nous connaissons tous des hommes et des femmes politiques honnêtes, qui ont donné et continuent de donner le meilleur d'eux-mêmes à la société. Qui ont renoncé à de gros salaires et se sont consacrés corps et âme au bien commun sacré. Ils font de la politique quelque chose de digne et méritent notre admiration ainsi que notre gratitude. Et je suis sûr que dans tous les partis, les hommes et les femmes de cette sorte abondent. Si ça se trouve ils sont peut-être la majorité. Oui, je crois que les bonnes gens sont partout la majorité et que la bonté n'est pas seulement la meilleure part mais la meilleure part en tous, même si cela demeure parfois caché.

Mais la bonne volonté de bien des politiques ne suffit pas, même s'ils sont la majorité. La foi dans la bonté de tous ne suffit pas, bien que sans elle nous ne puissions rien faire, rien. Il faut prendre des mesures structurelles pour empêcher que se passe ce qui a lieu.

Beaucoup diront que ce n'est pas le moment de se bousculer et que surtout, nous devons laisser les juges rechercher. Oui, qu'ils recherchent. Mais je doute que tous les juges puissent rechercher tout ce qu'ils souhaitent, y compris qu'ils veuillent rechercher tout ce qu'ils doivent rechercher. En tous cas leurs conclusions, valant ce qu'elles vaudront, arriveront surement trop tard. Et nous ne pouvons attendre. L'urgence politique s'ajoute à l'urgence économique. La dictature de la finance menace d'être totale et définitive.

Il est injuste de dire que touts les politiques sont corrompus, et c'est également dangereux, car ne pouvant les changer tous, cela peut nous conduire à les laisser en l'état. Dire, au contraire, que nous avons les politiques que nous méritons, n'est vrai qu'en partie et en tout cas, il est justement question de ce que les politiques soient meilleurs que nous, ou, mieux encore, qu' étant comme ils sont, ils soient obligés par la loi et sous le contrôle de la société, de gérer de telle façon nos affaires publiques qu'ils nous amènent à vivre mieux, à travailler mieux y compris à être meilleurs pour le bien de tous.

C'est le moment d'agir. La politique est plus nécessaire que jamais, mais il faut prendre des mesures urgentes afin de couper la route à l'opacité et à l'endogamie des partis, lesquels convertissent cette noble activité en une profession réservée à un groupe fermé au service d'intérêts propres. Quelles mesures ? Celles qui peuvent assurer la pleine transparence de tous les comptes ainsi que la plus grande démocratie interne dans les partis. Des mesures qui mettent fin au système des listes fermées ainsi qu'aux privilèges excessifs des élus, qui empêchent de siéger de façon excessivement permanente, et qui garantissent l'indépendance du pouvoir judiciaire. Ceci à titre d'exemple.

C'est alors que nous retrouverons foi en la politique et dans les politiques, la foi dans ces pauvres êtres humains que nous sommes ainsi que dans notre futur au sein de la grande communauté des vivants.

 

José Arregi


Prière : en état d'innocence


A l'époque où la vie abondait sur terre,

Personne ne prêtait une particulière attention aux hommes valeureux,

Ni ne montraient ce qu'était l'habileté à l'homme.

Les gouvernants n'étaient simplement que les branches les plus hautes de l'arbre

Et le peuple était comme les cerfs dans le bois.

Ils étaient honnêtes et justes, sans se rendre compte qu'ils « étaient entrain d'accomplir leur devoir ».

Ils s'aimaient les uns les autres et ne savaient pas ce que signifiait « aimer le prochain ».

Ils ne trompaient personne et ne savaient pas encore qu'ils étaient des hommes « de confiance ».

Ils étaient intègres et ils ne savaient pas que cela s'appelait « la bonne foi ».

C'est pour cela que leurs faits ne furent pas rapportés. L'histoire les ignore.

Ils vivaient ensemble librement, donnant et prenant, et ils ne savaient pas qu'ils étaient « généreux ».

 

(Chuang Tzu, Le chemin)

 

Traducido por Michel Duvert

Read 2336 times
Login to post comments